Travailler les puits de carbone - Travailler les puits de carbone

Retour

Travailler les puits de carbone

Le carbone est notre cible, nous allons non seulement éviter d’en produire, mais aussi le piéger. Cette capture du CO2 est indispensable si l’on veut tenir notre pari de neutralité carbone à l’horizon 2040. Dans ce domaine, nous disposons d’un gros avantage, nous pouvons compter avec la capacité de séquestration du carbone de l’océan et des marais littoraux. Ce sont les puits de carbone bleu. Les autres puits (le végétal, la terre) ne sont pas pour autant absents du projet.

Capturer le carbone bleu

La capacité de l’océan à piéger le dioxyde de carbone est assez méconnue en France.

L’exposition Climat - Océan en place jusqu’au 31 octobre 2021 au Musée Maritime de La Rochelle peut nous instruire à ce sujet. 

Non seulement l’océan tient lieu de puits de carbone bleu mais aussi les marais littoraux qui, s’ils sont en bon état de fonctionnement, sont capables de retenir à surface égale 40 fois plus de CO2 qu’un espace forestier.

La première étape du projet consiste à dresser le bilan carbone© du littoral et des marais. Cette partie sera orchestrée par les chercheurs de La Rochelle Université (lire le témoignage de Christine Dupuy).

De leurs études, ils tireront des recommandations pour restaurer ces milieux naturels et ensuite les entretenir de façon à optimiser leur capacité de stockage.

Les gestionnaires des marais (propriétaires publics ou privés) pourront s’appuyer sur ces outils d’aide à la décision pour rendre efficients ces pièges à carbone bleu.

Pièges artificiels

Une autre piste consiste à développer des pièges artificiels de carbone en ville, en installant par exemple sur les toitures des bâtiments des cultures de micro-algues, très efficaces pour ce type de séquestration. Les innovations dans ce secteur sont particulièrement attendues.

Les partenaires : laboratoire LIENSs (CNRS et La Rochelle Université), centres de recherche, collectivités, parc naturel marin, parc naturel du Marais Poitevin et associations.

Pour nous aider à mieux comprendre le carbone bleu, une exposition pluridisciplinaire dédiée vient d'être mise en place par les chercheuses et les chercheurs du LIENSs, laboratoire Littoral Environnement et Sociétés, une unité mixte de recherche CNRS – La Rochelle université. Toutes les infos sur l'exposition sont ici.

Photographie d'un pièce artificiel de carbone bleu

Les puits de carbone vert

Végétaliser les espaces urbains, encourager l’agriculture péri-urbaine, soutenir les plantations de haies, toutes ces pistes qui contribuent à piéger le carbone à partir du végétal entrent aussi dans les objectifs du territoire. Des projets de ce type pourront notamment être soumis à la Coopérative carbone