Ouvrir la voie - Ouvrir la voie

Retour

Ouvrir la voie

Ce qui est expérimenté avec le projet La Rochelle Territoire Zéro Carbone doit servir à d’autres. Il s’agit de montrer quel chemin peut prendre la transition écologique vers la neutralité carbone. Proposer et analyser des solutions qui puissent être dupliquées ailleurs.

Un projet d’intérêt national

Preuve de l’intérêt du projet La Rochelle Territoire Zéro Carbone : il a été retenu par l’appel à projets gouvernemental « Territoires d’Innovations ».

Il bénéficie du soutien financier de la Banque des Territoires pour développer des solutions vers la neutralité carbone.

Notre territoire joue ainsi un rôle précurseur dans la lutte contre le dérèglement climatique. Le fruit de ses expériences, les données récoltées seront transmises à d’autres villes et agglomérations, afin qu’elles-mêmes puissent les adapter à leur situation.

Ces apports pourront être d’ordre technique (de nouvelles technologies mises en œuvre) comme juridiques (y a-t-il des freins à lever ?). Ils présentent de nouveaux modèles de gouvernance, de participation et d’implication citoyenne.

Un projet pour les territoires d’alliance

La neutralité carbone est un défi que l’Agglomération de La Rochelle ne mène pas seule mais aux côtés des territoires voisins. Les 3 Communautés d’Agglomérations et cinq Communautés de Communes qui composent le Pôle Métropolitain Centre Atlantique* sont les premières bénéficiaires de ces échanges et participent elles-mêmes à la construction de cet ensemble de solutions vers la neutralité carbone. Un exemple, la Coopérative carbone, lorsqu’elle aura fait ses preuves sur le territoire rochelais, pourra être étendue au Pôle Métropolitain.

Sont concernés de la même façon par le partage d’expériences : le Département de Charente-Maritime, l’Ile de Ré, le Parc Naturel Régional du Marais poitevin, le Parc Naturel Marin de l’estuaire de la Gironde et de la mer des Pertuis ou encore le Syndicat Nouvelle-Aquitaine Mobilité.

* l’Agglomération de La Rochelle, celles de Niort et de Rochefort-Océan, les CdC Aunis Atlantique, Aunis Sud, Val de Gâtine, Haut Val de Sèvre, du Pays de Fontenay-Vendée et de Vendée-Sèvre-Autise

Des données partagées

Certaines données, si on les combine, peuvent fournir de précieuses informations.

La plateforme de données, inscrite parmi les actions du projet Territoire Zéro Carbone, permettra à l’avenir de partager certains des enseignements tirés de l’analyse des données. Un exemple : les travaux de La Rochelle Université sur les marais littoraux pour évaluer leur capacité à séquestrer le carbone, selon leur particularité de terrain, leur salinité, les saisons… seront rassemblés sous forme de référentiels utiles à d’autres territoires comptant des zones humides.