La Coopérative Carbone accompagne Brest et Le Mans vers le bas carbone - Actualités

La Coopérative Carbone accompagne Brest et Le Mans vers le bas carbone

Le pôle métropolitain du Pays de Brest et le Pays du Mans se sont récemment associés pour construire un fonds carbone local. Une délégation était présente les 15 et 16 septembre derniers pour profiter de l’expérience rochelaise.

Être le premier territoire à disposer d’une coopérative carbone n’est évidemment pas une fin en soi. L’urgence climatique impose de partager ses savoir-faire et compétences aux autres territoires engagés dans des démarches de transition écologique. La Coopérative Carbone La Rochelle s’est donc portée candidate pour accompagner les deux collectivités de l’Ouest dans la mise en œuvre de leur propre « fonds carbone local », en réalisant avec eux les études d’opportunité et de faisabilité.                                                                                                    

La réplicabilité de l’expérience rochelaise est une des missions de la Coopérative Carbone. C’est une démarche vertueuse qui permet notamment aux autres territoires d’accélérer la mise en place de leur démarche bas carbone, en optimisant dans le même temps la dépense publique.

Durant ces deux journées, les membres de la délégation ont rencontré les acteurs du consortium La Rochelle Territoire Zéro Carbone et échangé avec l’équipe de la Coopérative Carbone La Rochelle sur la conception et la structuration de leur fonds carbone. « Notre accompagnement porte sur l’adaptation des actions bas carbone de ces territoires à leurs stratégies politiques, explique Anne Rostaing, directrice de la Coopérative Carbone La Rochelle, nos territoires peuvent parfois présenter des profils similaires, mais c’est surtout dans l’évaluation de leurs potentialités locales et dans le dimensionnement opérationnel et financier que nous intervenons. »

Le Pays du Mans et le Pays de Brest portent des politiques et des démarches similaires en matière de mobilités durables, de préservation de la biodiversité ou encore de développement urbain sobre en carbone, que l’expérience rochelaise a pu éclairer. Les Brestois se montrent également très intéressés par les stratégies de séquestration du carbone, dans les haies, les zones humides et les prairies permanentes. Côté Mansois, le développement d’une filière agricole laitière bas-carbone marque la spécificité de leur démarche territoriale.

Revenir aux actualités